dimanche 21 novembre 2010

Une question de point de vue

Je suis toujours sur la préparation des yeux de l'aigle (dont le tome 1 s'appelle pour l'instant "Les Aiglons" et le tome 2 "La reine des nuages") et je me pose la question du point de vue à adopter.

Sur le principe, la même histoire peut être racontée de différentes façons. Le tout, c'est de trouver le point de vue* qui lui donnera le plus de force et donc la meilleur façon de raconter cette histoire. C'est un choix à faire avec du recul, une fois que les différentes scènes (ou au moins une partie d'entre elles) sont connues. Certains points de vue s'imposent (par exemple, difficile d'utiliser la première personne quand des groupes sont séparés et que le personnage de point de vue ne peut pas connaître ce que font les autres). D'autres méritent d'être testés ou affinés.

Je me rends compte que j'ai beaucoup varié les points de vue au cours de mes différents romans (ça faisait aussi partie du défi, ou de chaque exercice) :

* Le premier (qui s'appelait "une lumière dans l'obscurité", oh mon dieu, quel titre horrible) a été écrit d'un point de vue omniscient sans voix particulière
* Le second... aussi (lui, il s'appelait "Revenir"). A l'époque, le challenge se portait sur d'autres points (dont je crois avoir déjà parlé)
* Le troisième (et je ne sais pas si on doit compter 4, 5 et 6 aussi ^^) c'est les Fedeylins. J'ai aimé utiliser la première personne surtout pour que le principe de l'empathie fonctionne [mode subliminal : vivement le 3 mars]. Ça m'a posé des problèmes lors d'une scène à la fin du tome 1 (là, un point de vue omniscient aurait été plus adapté) mais, grâce au retour des bêtas, j'ai contourné le problème et, au final, je ne regrette pas ce choix.
* Ensuite, il y a eu "Les couleurs de l'aura". J'ai testé la troisième personne limitée. C'était sans doute l'un des principaux défis de ce texte (avec le retour aux personnages humains et, surtout, la grosse pression d'écrire autre chose après les fedeylins). Bon, c'était un essai, résultat moyen. Mais un bon exercice qui m'a aidé pour...
*... "les élémentaires" ! Là, point de vue à la troisième personne limitée, alternance de point de vue entre 5 personnages principaux (et deux secondaires). Je crois que cette fois-ci, c'est plus net et ça fonctionne mieux.

On arrive donc aux yeux de l'aigle. J'ai hésité avec la première personne, de nouveau, mais là, à force d'avancer dans la préparation du tome 2, je vois que ce ne sera pas possible. La 3ème personne limitée ? Hum, j'ai peur que ce soit une alternance un peu trop complexe pour un lecteur de 8 ans.
Et puis, comme je n'aime pas écrire deux fois le même livre (ce n'est jamais vrai, mais c'est une impression désagréable quand le défi n'est pas assez important), je pense opter pour un narrateur omniscient avec une voix propre. Une sorte de personnage supplémentaire extérieur à l'histoire.

Je continue ma préparation (je me remets à la méthode flocon) et, quand j'aurais posé la trame du tome 3, je ferai des essais pour vérifier si ça fonctionne avant de me lancer. Je vous dirai ^^.

Une chose est sûre, pour le cycle de Jivana, je réutilise la première personne... mais pour des raisons différentes que dans les fedeylins (suspens, suspens).




* Si vous voulez en savoir plus sur les points de vue, je vous conseille l'excellent bouquin d'Orson Scott Card "Personnages et points de vue" ou le blog de Lionel Davoust qui explique tout bien.

2 commentaires:

blackwatch a dit…

Ça m'a posé des problèmes lors d'une scène à la fin du tome 1 (là, un point de vue omniscient aurait été plus adapté) mais, grâce au retour des bêtas, j'ai contourné le problème et, au final, je ne regrette pas ce choix.


>>> Ah je m'en souviens de celle-là ^^ Et tu as raison (comme c'est étonnant) le point de vue à la première personne marche très bien ^^

Nadia Coste a dit…

Merciiii !