mercredi 27 mai 2009

Écrire la porte fermée.

*Je ne devrais pas poster ça. Je le sais.*

En ce moment, mon esprit vagabonde sur les élémentaires.
*oui, je sais, c'est mal, j'ai du boulot avant mais je le fais hein ! J'ai déjà relu 60 pages sur 90 avec annotations et commentaires, je devrais terminer ce soir et pouvoir atteindre les 50% tout bientôt*

Donc, voilà, j'ai déjà une bonne moitié de trame (pas encore un syno, mais une trame avec une ligne par chapitre). Il y avait un truc qui bloquait, et j'ai débloqué.
Bon, j'ai encore beaucoup de boulot (creusage de persos secondaires, recherches et tout un tas d'autre trucs à poser sur le papier pour pouvoir m'y référer). Le plus dur sera de poser la seconde moitié de la trame (je ne sais pas encore comment cette histoire se termine. C'est embêtant). Et aussi, faut que je change les prénoms de travail (faut que j'arrête d'appeler toujours mes persos féminins pareil. Je ne le fais même pas exprès !).

Alors je me pose la question du challenge "premier jet" de CoCyclics (objectif : finir le premier jet avant la fin 2009). Même si ça à l'air génialement motivant et tout et tout, je crois que je n'y participerais pas.
D'abord, parce que je veux prendre mon temps pour le faire bien, pas me stresser avec des délais (et que je ne commencerais pas la rédaction pure avant septembre donc, c'est chaud).
Ensuite, parce que je me rends compte de la liberté que j'avais quand j'écrivais dans mon coin pendant mon congé parental : pas de pression, personne à me demander "combien de signes écrits aujourd'hui ?". J'écrivais pour moi d'abord (et Huggy en deuz').

C'est ce que Stephen King appelle "écrire la porte fermée" : grosso modo, il conseille d'écrire seul (porte fermée, donc), de laisser reposer, puis de faire lire (on va dire à des bêta-lecteurs) pour attaquer la seconde version porte ouverte (où là, les questions et le dialogue avec les autres ont leur place pour améliorer).
Extraits de "Écriture" :
"[pour] Cette première mouture (...) Gardez la pression, ne
la faites pas baisser en exposant ce que vous écrivez aux doutes, aux louanges
ou même aux questions bien intentionnées de quelqu'un du Monde Extérieur. Que
votre espérance dans le succès (ou votre peur de l'échec) vous porte de l'avant,
aussi difficile que cela puisse être.
(...)
Si personne ne vous dit : Oh Sam ! (ou, Oh, Mary !),
c'est merveilleux !
vous aurez moins tendance à relâcher votre effort, ou à
vous attarder sur des aspects secondaires... à jouer les épatants, par
exemple, au lieu de raconter votre foutue histoire."


Bref, voilà. Je trouve l'idée du challenge super, et je souhaite bonne chance, bon courage et bons livres aux grenouilles qui y participent. Mais moi je vais faire mon truc dans mon coin, laisser reposer, relire, peaufiner, et puis après je verrais si c'est lisible.


J'ai fait l'erreur pour "Les couleurs de l'aura" : j'ai posté le début pour avoir un retour. Bilan : j'ai cru que c'était vachement bien et je me suis relachée. Puis je me suis forcée. Pour finir par bâcler en neuf jours. Aujourd'hui, je vois ce roman (novella ?) comme un exercice pour travailler les points de vues multiples.
Pas deux fois la même erreur. Repartons sur de bonnes bases car, je vous le rappelle, je veux que "Les élémentaires" soit d'un niveau supérieur aux Fedeylins.
C'est vous dire la pression.

12 commentaires:

fraizochocolat a dit…

Ca fait partie des petites misères dues aux mauvaises habitudes e l'internet.
Et ne pas présenter ses 10 premières pages à quiconque quand on bosse sur un projet, c'est très très très dur.
Je te serre donc les pouces dans cette entreprise d'abnégation (fermez la porte ça veut dire aussi fermez ses fenêtres web, et ça, c'est une habitude difficile à repousser)

Amibe_R Nard a dit…

*Je ne devrais pas poster ça. Je le sais.*
En ce moment, mon esprit vagabonde sur les élémentaires.
*oui, je sais, c'est mal, j'ai du boulot avant mais je le fais hein ! J'ai déjà relu 60 pages sur 90 avec annotations et commentaires, je devrais terminer ce soir et pouvoir atteindre les 50% tout bientôt*

*oui, je sais, c'est mal, j'ai du boulot avant mais je le fais hein !*

Eh bien, tu vois, je ne suis pas d'accord avec "c'est mal".

C'est un peu trop croire qu'il faut s'acharner à terminer ses révisions et que ses révisions.
Comme si l'écriture d'un texte (ou sa préparation) devait dépendre d'un moment unique et dévolu.

Donc ce n'est pas mal, c'est normal.
Le juge qui révise doit garder de l'espace à l'esprit créatif (au trublion :-) ) : les deux se complètent et aèrent le cerveau bien plus que tout le reste.

Nos cerveaux sont multitâches, et pour rester bon "juge" de son travail, il faut en avoir un autre en chantier.

A trop réviser, on ne garde plus un juste milieu et le saccage peut commencer. :-)


"(je ne sais pas encore comment cette histoire se termine. C'est embêtant)"

Tu as bien une idée… sinon, comme pour l'amorce, ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants ; ils se trucidèrent avec entrain ; tout revint à la normale du début. Etc. :-)


Pour le challenge, une pression de temps évite de trop procrastiner, d'aller au plus vite à la fin :-))

Ceci pour laisser la place à la vraie écriture.
On a la maquette de la maison, on peut construire toute la maison.

Mais tout dépend de son temps disponible.
On peut écrire des premiers jets en trois semaines libres, et mettre un an d'écriture / bêta-lecture / re-écriture.

Un autre point de détail : le nombre de signes, ça ne veut pas dire grand-chose ;-))
Puisque l'écriture proprement dite devra le réduire d'un tiers.

Cependant, ça reste une indication du nombre de pages du nombre de pages (nb de signes / 1 500)


"Et aussi, faut que je change les prénoms de travail (faut que j'arrête d'appeler toujours mes persos féminins pareil. Je ne le fais même pas exprès !)."

Mouais, peut-être… tout dépend si tu les appelles toutes pareilles dans ton roman, ou si tu as les mêmes noms dans tous tes romans. Facilité d'écriture de premier jet. Après, on peut étudier la personnalité propre des personnages et leur donner un prénom plus en accord avec eux-mêmes… s'il ne vient pas tout seul en cours de premier jet.


"J'ai fait l'erreur pour "Les couleurs de l'aura" : j'ai posté le début pour avoir un retour. Bilan : j'ai cru que c'était vachement bien et je me suis relachée."

Ah, ces bêta-lecteurs trop sympas. ;-)))



"PS : j'essaie désespérement de sauter des lignes pour aérer mon pavé mais y a blogger qui veut pas. Désolée."

Economie d'espace. Ce n'est malheureusement pas le seul CMS dans ce cas.

Que veux-tu, les informaticiens ne connaissent rien au plaisir de l'oeil et de la lecture, par contre l'économie de place c'est un de leur dada.


Continue ton multitâche.
L'Amibe_R Nard

NB a dit…

@ Célia : c'est clair, ça va être dur de résister au chant des sirènes (il y en a sur CoCy).

@ Bernard : Hélàs, pour moi c'est mal car quand mon cerveau vagabonde, il ne part que dans un seul univers à la fois. Et là, il vaut mieux que je reste immergée dans les fedeylins. Je suis plus efficace comme ça.

Ah, et merci pour l'info sur la place dans les blogs, au moins j'arrêterais de m'acharner !

Benedicte a dit…

Pour l'aération, ça dépends des blogs... il faut passer par l'html, je suppose, mais c'est lisible comme ça. ^^

Je ne savais pas que ça s'appelait écrire porte fermée mais c'est clair ! Quand on écrit, on se plonge dans son monde, on s'en délecte et c'est prodigieusement décourageant d'avoir un avis extérieur qui va détruire nos illusions créatrices. En même temps, qu'est-ce que c'est difficile de ne pas imprimer quelques pages et de les exhiber fièrement à nos bêta lecteurs préférés !

Je suis de l'avis de Bernard pour le challenge. Ca pousse en avant d'avoir une date précise pour terminer le premier jet. Après, par contre, on peut prendre tout le temps qu'il faut pour corriger son texte, tranquillement. Allez, viens ! :D

NB a dit…

Tentatrice !

Non, cette fois-ci, pas de date butoir.

Bon, je pense que je noterais mon avancée ici quand même.

Benedicte a dit…

On a le droit de lancer des paris sur la date de fin ? * s'enfuit avant de se prendre un objet contondant sur le coin de la tête *

NB a dit…

Tu peux prendre des paris, si ça t'amuse ! Perso, je table sur une date de fin maxi en décembre 2010 (premier jet + relecture + corrections avant bêta).

NB a dit…

PS : en bidouillant l'HTML, ça marche, effectivement !

Syven a dit…

Tu as raison de faire comme tu le sens. Ce n'est pas mal.

Moi j'ai fermé la porte pour ASLO, et au bout du compte, je l'ai mal vécu. C'est pour ça que je change de méthode pour Siwès. Mais les enjeux ne sont pas les mêmes non plus. ^^

NB a dit…

Ah bon ? Tu l'as mal vécu ? Mince. Je n'imaginais pas.

J'espère que ça se passera bien pour Siwès (ça à l'air drôlement sympas !)

Roanne a dit…

Ce qui compte c'est que tu écrives de la façon qui te convient.

Pour ma part, je participe au challenge, j'en suis même à l'initiative, et pourtant j'écris "porte fermé" en parallèle. Personne ne lira ce que j'ai écrit tant que le premier jet ne sera pas bouclé. Franchement, c'est dur, mais je ne suis pas prête non plus à essuyer des critiques ou à avoir des avis qui me font partir dans des directions différentes de celles que je veux choisir moi-même.
Je vis mieux ce contexte "porte fermée" grâce au challenge et à mon blog, car ça me permet d'avoir une soupape de sécurité tout en me motivant. Mais c'est vraiment un ressenti très personnel.

Si tu as besoin de te "couper du monde" pour écrire, alors tu as bien raison de t'isoler ! :)

NB a dit…

J'aimerais trouver la méthode miracle, celle qui fait à coup sûr de bons livres !
J'ai l'impression de n'avoir réussi que les fedeylins - pour l'instant - et j'aimerais retrouver ça.

En tout cas, bon challenge ! J'ai hâte de lire ce premier jet de Romane ;)