lundi 8 février 2010

Quand un jour...


C’est l’histoire d’un Manuscrit qui cherchait un éditeur.

Il était beau à l’intérieur et avide de se faire aimer.
Il frappait aux portes mais, chaque fois, on le détaillait des pieds à la tête et on déclarait :
— Ça va pas être possible.
Les portes se refermaient une à une et le Manuscrit était bien triste.
Un jour, il s’assit sur un banc pour reposer ses pieds meurtris par son errance avant de reprendre ses recherches dans un nouveau quartier. Il ne désespérait pas de trouver celui qui le comprendrait.
C’est alors qu’un son parvint à ses oreilles. Un coassement.
« Une grenouille ? Ici ? Au carrefour des maisons d’éditions ? »
Le Manuscrit claudiqua jusqu’à l’origine du son.
Là se trouvait une mare. Une mare magique dont l’étendue infinie se perdait à l’horizon. Au loin, derrière un bosquet de roseaux, il entraperçu d’autres manuscrits comme lui.
— Tu es perdu ? demanda une grenouille.
— Je cherche un éditeur, répondit-il.
Il eu peur que les coassements se muent en rires, mais la grenouille sourit :
— Nous t’aiderons.

Alors, deux d’entre-elles prirent le Manuscrit par la main et lui montrèrent son reflet.
— Regarde. Tu boites et ton dos est voûté. Les éditeurs n’ouvrent pas leur porte à ceux qui ne se tiennent pas droit ! Ton regard est fuyant, tu bafouilles, tes cheveux sont gras de participes présent et ton front bourgeonne d’adverbes !
Le Manuscrit aurait pu se vexer, mais il savait que les grenouilles ne voulaient que son bien. Il se souvint avec émotion de ses parents et ses amis qui lui avaient fait leurs adieux avant son départ à la recherche d’un éditeur.
« Ils m’aimaient comme je suis », se dit-il.
Puis il se contempla et comprit.
« Avec tout ça, les éditeurs ne peuvent pas voir ma beauté intérieure ! »

Fidèles à leur promesse, les grenouilles l’aidèrent. Elles lui montrèrent comment se redresser et, à force d’entraînement, il cessa de boiter. Elles lui apprirent à se présenter sans bafouiller. Il traita ses problèmes de peau et se fit un shampoing adapté.
— Nous avions vu ta beauté intérieure, dirent les grenouilles. Maintenant, tous la verront aussi.

Quatre nouveaux batraciens approchèrent.
— Oui, tu es beau, Manuscrit. Mais regarde ! Tes baskets sont usées, ton jean tout rapiécé, ta chemise pleine de boue, et on ne te parle même pas des anacoluthes qui te tournent autour vu ton odeur.
Alors, le manuscrit se lava et changea de vêtements pour paraître encore plus à son avantage.
La mare entière acquiesça.
— Tu es prêt à repartir.
Le manuscrit retourna au carrefour des éditeurs. Il avait l’impression d’avoir grandit depuis la dernière fois. Mûrit. Il se sentait le même et toutefois meilleur. Sa beauté intérieure rayonnait autour de lui.

Il frappa à plusieurs portes. À présent, on le laissait entrer dans le vestibule des maisons d’éditions.
Il y avait là des bancs, des commodes, des étagères. Chaque centimètre était occupé par d’autres manuscrits. Du sol au plafond, ses semblables s’agglutinaient pour remplir l’espace exigu de cette salle d’attente.
Le Manuscrit vit un dérouleur à ticket contre un mur. Une langue rose marquée d’un numéro pendait hors de sa bouche. Le Manuscrit tira l’un des tickets et le dérouleur grommela :
— On vous appellera !
Loin de se décourager, le Manuscrit reprit sa route, frappa à d’autres portes et fit provision de tickets, convaincu que son tour viendrait un jour.
Il retournait souvent près de la mare qui l’avait tant aidé. Les grenouilles le rassuraient et l’aidaient à repartir lorsqu’il doutait.

Alors qu’il abordait un nouveau quartier, le manuscrit entendit quelqu’un l’appeler.
Il se retourna, surpris. Un homme courait dans sa direction.
— J’ai vu votre beauté intérieure ! lui cria celui-ci en haletant.
Le Manuscrit se laissa rattraper. Il n’en croyait ni ses yeux, ni ses oreilles.
Alors, il parla longuement avec l’éditeur pour s’assurer de sa sincérité. Quand il fut évident qu’ils étaient faits pour s’entendre, l’homme proposa :
— Et si vous veniez visiter ma maison d’édition ? Vous pourrez vous y installer à votre aise ! Oh, et amenez vos petits frères.
Le Manuscrit regarda la poignée de tickets qu’il conservait dans sa main. Il sourit. Il n’attendrait plus avec ses semblables.
Il allait être publié.


Oui. Les fedeylins seront publiés !

28 commentaires:

Gabrielle a dit…

J'adore la petite histoire, qui introduit de belle manière le début de cette grande aventure qu'est l'édition.

Félicitations !!!!! C'est un grand grand pas en avant, et j'ai hâte d'en savoir plus.

Tournée de nénuphou, cuvée spéciale, hé !!!

fraizochocolat a dit…

BRAVO !!!
Je suis toute émue pour toi.
BRAVO BRAVO BRAVO !

macalys a dit…

C'est fantastique !
Bravo pour tout ce chemin parcouru !
Et une tournée de nénuphou cuvée spéciale édition, une ! ;-)

Syven a dit…

Fan de la première heure.
:)
Bravo !

Blackwatch a dit…

Là, je suis trop émue pour faire autre chose que renouveler mes félicitations. A la beauté d'un super manuscrit!

Silène a dit…

Hip hip hip hourra pour NB et les Fedeylins !!!

conteuse a dit…

C'est une superbe histoire !!!

Et on est ému pour toi !!!

Hourra !!!!

Benedicte a dit…

Je suis si heureuse pour toi et j'adore la façon dont tu racontes cette histoire ! C'est superbe. Félicitations ! :D

Anonyme a dit…

Les Fedeylins n'étaient décidément pas faits pour rester au fond d'un tiroir...

Plein de tendresse

Garulfo

Anonyme a dit…

J'essaie donc de poster mon petit commentaire pour te féliciter de nouveau.
Une bien belle histoire (je sais, je me répète)...

Malka

Ereneril a dit…

Bravo, bravo et encore bravo.

C'est tout ce qui arrive à sortir.

Félicitations. Cette victoire est amplement méritée et j'espère que ce n'est que la première publication d'une longue série

Aussenwelt a dit…

Aahhhh... écoute, on se parle pas souvent, mais je suis super content pour toi ! :D

Félicitations pour tout !

Ayaquina a dit…

Bravo, je suis vraiment heureuse pour toi ! Que l'aventure commence...

utika a dit…

Magnifique petite histoire. En plus, j'adore quand ça finit bien !

NB a dit…

Un énorme MERCI à tous !

Beorn a dit…

My god, quelle nouvelle !!!

Je ne suis pas surpris, évidemment. Mais depuis le temps qu'on en parlait entre grenouilles et qu'on attendait cette note sur ton blog... C'est un moment magique pour toi et aussi pour tout CoCyclics, je crois !

Bravo et encore bravo !

Et quelle rigolote petite histoire ! :o)

J'espère qu'on en saura plus très bientôt...

denscoed a dit…

Félicitations NB !!!

Cédric a dit…

Quel joli texte ! J'ai beaucoup aimé. C'est très émouvant :)

Ton bonheur est tellement intense qu'il est complètement communicatif :)

Mes plus sincères félicitations, et longue et belle vie aux Fedeylins :)

Amibe_R Nard a dit…

Mais enfin... chez qui !

Bien Amicalement
l'Amibe_R Nard (qui attend la publication de Roule-Roule pour te féliciter, parce que ce n'est qu'un... début !)

Zen a dit…

Toutes mes félicitations NB! Je suis tellement heureuse de savoir que ce beau texte sera publié :-)

Pandora a dit…

Super histoire NB, un joli conte qui a en plus le grand mérite d'être une histoire vraie
Félicitations
et tournée de nénuphou ^^

Shaya a dit…

YIHHHHHHHHHHHHAAAAAAAAAAAAAAA !!!! Vivement qu'on puisse le faire dédicacer... :D :heart::heart::heart:

Roanne a dit…

A notre tour de prendre un ticket... pour les dédicaces !

Que j'ai hâte de te voir devant moi avec ton roman entre les mains...

C'est vraiment trop beau, trop fort, trop... bref !

Xanadu a dit…

De même que par twitter, toutes mes félicitations et bravo pour cette jolie présentation pleine d'émotion !!

Lojie a dit…

Félicitations !

Grâce à ton texte, on a tous eu l'impression d'avoir eu un de nos romans accepté à la publication :)

Anonyme a dit…

Oh bah mince, mais c'est une excellente nouvelle !!!! Bravo !!! Pfiouuu, quelle émotion !!!

Aéthra

NB a dit…

Encore merci à tous ! C'est un plaisir de partager ce genre de bonnes nouvelles !

Malka a dit…

Bonjour NB,
J'espère que tu ne m'en voudras pas, j'ai eu envie de partager cette bonne nouvelle sur mon petit blog (ou je poste mon blabla quotidien).
Tu peux lire l'article à cette adresse:
http://malka.overblog.com

Amicalement Malka